Comment choisir sa formation linguistique en 7 points?

L’apprentissage linguistique d’aujourd’hui

Après des décennies d’expérimentation et de développement, la formation en langues a probablement la plus d’approches avec la plus de variété de tous les autres thèmes de formation dans le marché (Richards & Rodgers, 2014). Avec toute cette diversité, comment est-ce que le responsable de formation d’une société peut choisir entre tous les offres différents des fournisseurs de formation linguistique pour avoir le meilleur retour sur son investissement ?

Les études nous montre de plus en plus aujourd’hui l’importance d’une apprentissage personnalisée (Gamrat et al., 2014). Les meilleurs fournisseurs sont donc éclectique dans leur choix d’approche pédagogique, en optant pour des parcours sur mesure selon les besoins d’un apprenant. Cela demande beaucoup de ressources et des formateurs assez expérimentés, ce qui devient de plus en plus dur dans le marché de la formation professionnelle en France (Frétigné, 2010).

Apprentissage linguistique

Le seul moyen de réduire le coût d’une parcours, sans affecter sa qualité, est d’introduire les moyens numériques d’apprentissage. Cela pose encore un problème pour les responsables de formation – comment vérifier la qualité d’une offre de formation partiellement en ligne ? De notre expérience, la plupart des stagiaires pensent que l’eLearning n’est pas de la même qualité ou de la même efficacité d’un cours présentiel. En étudiant les offres des gros structures comme Wall Street English, on comprend très vite cette perspective.

Voici quelques points clés à vérifier avant de choisir un fournisseur de formation en langues :

Processus d'évaluation

1. Variété d’apprentissage. Une seule modalité pédagogique (par exemple être dans une salle avec un formateur) peut devenir ennuyant pour l’apprenant.

La motivation peut être affectée.

Varier les modalités dans une solution blended permet de retenir l’engagement et aider la mémoire.

Comme on dit en anglais « Variety is the spice of life! (La variété, c’est ce qui met du piment dans la vie !)

2. Individualisation. Le blended learning permet de proposer un parcours totalement individualisé qui est 100% basés sur les besoins de l’apprenant. Souvent contraint à faire des cours de conversation, soudainement il peut se trouver dans un environnement d’apprentissage qui est dédié à son progrès.

3. Plus de contact avec la langue. Une des difficultés pour un apprenant professionnel, c’est de trouver le temps d’apprendre à la maison. Notre expérience démontre qu’il faut avoir au moins 4 heures de contact avec la langue par semaine pour progresser. Sinon, ce n’est que de l’entretien. L’accès à une plateforme en dehors des cours avec le formateur peut se faire sur le lieu de l’entreprise et souvent avec un temps d’apprentissage minimum sachant qu’on peut passer plus de temps prévu. Ca permet aussi un apprentissage plus formel sur le poste de travail sur les éléments qu’on n’a pas forcément très bien compris dans le cours avec le formateur.

4. Trouver la meilleure méthode ou modalité selon le besoin. Les formateurs en anglais professionnel sont souvent très, très compétents. Mais parfois il leur manque des connaissances et des compétences dans un endroit spécifique. Une solution blended permet de faire appel plus facilement aux ressources en ligne, par exemple pour l’aider à préparer une certification TOEIC. Cela permet au formateur de favoriser son temps avec l’apprenant dans le cours pour faire de la pratique.

5. Une re-dynamisation de l’approche pédagogique. On peut proposer des ressources sur la plate-forme dans une solution blended à l’apprenant avant son cours avec le formateur pour préparer, mais on peut également lui en proposer après le cours afin de lui permettre de consolider et de pratiquer ce qu’il a appris. L’avantage aussi c’est que tout peut être stocké et accessible pour de futurs apprenants. Tout est possible, du moment que ça soit bien conçu et dans le contrôle du formateur.

6. La simulation devient plus réelle. Dans la formation linguistique professionnelle, avec un esprit ‘just-in-time’, le plus important est de faire que l’apprenant est prêt pour son travail dans une autre langue. Le plus efficace est sans doute les simulations provenant de son contexte professionnel. Comme son travail est maintenant presque 100% numérique (emails, conf calls, etc.), le blended learning peut imiter d’une façon plus réelle ses situations quotidiennes de travail. Cela fait que les simulations sont plus pertinentes et marquantes, ce qui améliore la progression de l’apprenant.

7. On apprend mieux entre amis. Beaucoup d’approches blended aujourd’hui intègrent la fonctionnalité de ‘social learning’, où les apprenants peuvent communiquer, se soutenir et apprendre ensemble. L’apprentissage se déroule dans des bonnes conditions quand c’est en complément des cours avec un formateur. En dehors de la salle de classe, une plateforme qui intègre cette dimension sociale permet aux stagiaires d’appendre au sein d’une communauté, ce qui est très motivant en soi.

Références :

Averell, L., Heathcote, A., 2011, “The form of the forgetting curve and the fate of memories”. Journal of Mathematical Psychology. 55 (1): 25–35.

Deci, E. L. and Ryan, R. M. 2010, ‘Intrinsic Motivation.” Corsini Encyclopedia of Psychology. 1–2.

Frétigné, C., 2010, « La formation individualisée en entreprise d’entraînement. Entre théorie et pratiques », Travail et formation en éducation [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 18 janvier 2011, consulté le 16 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/tfe/1345

Gamrat, C., Zimmerman, H. T., Dudek, J., Peck, K., 2014, “Personalized workplace learning: An exploratory study on digital badging within a teacher professional development program.” Br J Educ Technol, 45: 1136–1148. doi:10.1111/bjet.12200

Lomperis, A., 2017, “Workforce English Training: Customization to Improve Job Performance and Achieve High ROI” https://www.td.org/insights/workforce-english-training-customization-to-improve-job-performance-and-achieve-high-roi

McLoughlin, Catherine; Lee, Mark J. W., 2010, “Personalised and self regulated learning in the Web 2.0 era: International exemplars of innovative pedagogy using social software.” Australasian Journal of Educational Technology, [S.l.], v. 26, n. 1, mar. 2010

Richards, J. C., Rodgers, T. S., 2014Approaches and Methods in Language Teaching” Cambridge University Press; 3 edition

Ryan, R.M. and Deci, E.L., 2000, “Intrinsic and extrinsic motivations: Classic definitions and new directions.” Contemporary educational psychology, 25(1), pp.54-67.